• Inès et Dimitri Chardin - Ostéopathe Essonne 91

Comment soulager naturellement vos douleurs d'endométriose

L’endométriose est une maladie touchant le système gynécologique. Elle est responsable de douleurs bien souvent intenses. Les symptômes ou douleurs varient d’une femme à l’autre, selon la localisation et le stade de l'endométriose.


Bien qu’elle soit de plus en plus connue, elle reste souvent sous diagnostiquée et les retards de prise en charge sont encore trop fréquents. On estime qu’elle concerne environ 10 à 15% des femmes en âge de procréer.



Dans cet article, on fait le point sur les astuces naturelles, ainsi que les bons exercices pour soulager vos douleurs ou symptômes d’endométriose.


Comment mieux vivre son endométriose

et agir positivement sur vos douleurs au quotidien ?



Pour soulager les douleurs d’endométriose,

adaptez votre alimentation :


Les médecins et professionnels paramédicaux conseillent de plus en plus aux femmes, souffrants d’endométriose, d’ajuster leur alimentation. Avoir une alimentation anti-inflammatoire soulage de nombreuses femmes.


Certains aliments peuvent augmenter l’état inflammatoire du corps et favoriser les poussées d’endométriose :

  • Gluten

  • Lactose

  • Viande rouge

  • Sucres raffinés

  • Gras industriel

  • Alcool


De manière générale, les aliments "transformés" sont considérés comme favorisant les inflammations et déséquilibres hormonaux.


Certains aliments dits anti-inflammatoires sont à favoriser :

  • Aliments à base de farine complète (riz, pain, pâtes).

  • Oléagineux,.

  • Huiles contenant des omega 3.

  • Curcuma, etc.


L’ajustement alimentaire peut être difficile au début, le changement est à effectuer sur le long terme et progressivement.


Lors des crises d’endométrioses, les tisanes peuvent être un réel atout pour vous soulager. La tisane de feuille de framboisier est très efficace chez certaines femmes (attention, celles du supermarché n’auront pas la même efficacité que celles trouvés chez un herboriste). La chaleur de la tisane aidera également votre système digestif.


Lors des crises, vous pouvez également favoriser les repas légers et faciles à digérer : fruits et légumes cuits, soupe, jus de légumes frais. Limitez les aliments crus qui sont plus difficiles à digérer et pourraient vous occasionner des ballonnements augmentant vos douleurs abdominales.



Pour diminuer les symptômes d’endométriose,

restez mobile !


La sédentarité entretient les douleurs et symptômes de l'endométriose. Si vous avez un métier sédentaire :

  • Levez-vous régulièrement de votre siège.

  • Prenez les escaliers à la place de l’ascenseur.

  • Lors de votre pause déjeuner, ne restez pas assise, marchez.

  • Marchez tous les jours 20 minutes.

Avoir une activité physique ou faire du sport une fois par semaine aide à garder votre corps mobile et en forme. Le sport permet également de mieux réguler votre métabolisme et votre système endocrinien.



Endométriose,

les bons exercices pour diminuer vos douleurs :


L’endométriose génère des inflammations tissulaires qui créent des adhérences. Plus il y a d’adhérences moins le corps est mobile et plus les douleurs sont intenses.

Faire des mobilisations et étirements régulièrement aide à détendre et assouplir l’ensemble de votre corps et ainsi à éviter d’entretenir les douleurs.




Tout au long des enchainements, la respiration est importante pour une profonde détente. Inspirez par le nez et soufflez par la bouche. Progressivement, allongez vos inspirations et expirations.



Vous pouvez réaliser ces exercices 2 à 3 fois par semaine.

Lors des exercices, écoutez-vous, ne forcez pas !

En cas de douleurs, stoppez ces exercices et demandez conseil aux professionnels qui vous suivent.



Les autres astuces pour soulager votre endométriose :


  • Les huiles essentielles :

Lors des crises douloureuses, vous pouvez appliquer de l’huile essentielle d’hélichryse italienne mélangé à de l’huile de coco sur votre ventre en massant délicatement.


Attention ! Demandez l'avis de votre médecin avant d'utiliser d'en utiliser (elles peuvent être contre indiquées dans certaines situations ou pathologies).



  • La phytothérapie :

Je vous ai déjà parlé des feuilles de framboisier, qui ont des vertus anti spasmodiques.

Il existe également les feuilles d’alchémille, qui évitent les crampes, ainsi que les feuilles d’achillée mille-feuille à utiliser lors de règles abondantes.


Vous pouvez les consommer sous la forme de décoction ou d’infusion, certaines se trouvent également sous forme de gélules.


Ces plantes peuvent être contre indiquées dans certains cas et leur consommation n'est pas anodine.

Le mieux est de consulter un professionnel de santé pour vous orienter au mieux !


  • La cure thermale :

L’eau thermale a de nombreux bienfaits : vertus antalgiques, anti-inflammatoires qui peuvent apaiser et diminuer vos symptômes.


  • La respiration :

Bien souvent lorsqu’on a mal, on bloque notre respiration et on se crispe. La sophrologie ou les exercices de respiration permettent de maintenir une bonne mobilité de votre diaphragme, de vos côtes et ainsi limite les tensions qui peuvent entretenir vos douleurs.


  • L’électro stimulation :

L’électro-stimulation est un appareil médical qui doit vous être prescrit par votre médecin. Il permet le relâchement des contractures musculaires et par ce biais de limiter certaines douleurs. Renseignez-vous auprès de votre gynécologue ou de votre médecin traitant.



Quels professions paramédicales peuvent vous soulager ?


En complément de votre prise en charge médicale, certains professionnels, spécialisés dans la prise en charge de l’endométriose, peuvent vous accompagner dans la gestion de vos symptômes.


  • L’ostéopathie :

L’ostéopathie est une thérapie manuelle dont l’objectif est d’entretenir ou de restaurer la mobilité des différentes structures de l’organisme afin de lui permettre un meilleur fonctionnement.

Les organes et tissus sont tous en relation les uns avec les autres par des liens mécaniques (articulations, insertions musculaires ou ligamentaires), neurologiques (nerfs, moelle épinière, cerveau) et vasculaires. De ce fait, l'ostéopathie prend en compte l'ensemble de votre organisme.

Par des mobilisations douces, l'ostéopathe va permettre d'améliorer la mobilité générale de votre corps afin de limiter vos douleurs.


L'ostéopathe pourra agir sur différents niveaux :

  • Hypertonies ou contractions des muscles du petit bassin.

  • Altération de la souplesse des systèmes d'attaches des organes abdomino-pelviens.

  • Perte de souplesse des ligaments et fascias ainsi que la capacité de "déformations" des organes en rapport.

  • Troubles digestifs, constipation, diarrhée.

  • Dyspareunies, dysménorrhée.

  • Douleurs vésicales, syndrome urétrale, cystites interstitielles, etc.

  • Perturbation ostéo-articulaires en rapport avec ces modifications tissulaires. L’augmentation des contraintes exercées par ces tissus (ligaments, fascias, muscles) sur leurs zones d’insertion (bassin, vertèbres, hanches, etc) peut perturber les mobilités articulaires. Cela s’exprimera par des douleurs lombaires, sacrées, coccygiennes, sciatalgies chroniques, etc.


Comment se déroule la séance ?


Après un interrogatoire détaillé retraçant votre histoire gynécologique : description de chacune de vos douleurs, date d’apparition, circonstances de survenue, horaires, recherche d’un éventuel traumatisme associé (chute, chirurgie, etc), examens médicaux réalisés, etc.


L’ostéopathe procédera à un examen clinique, à la recherche des pertes de mobilité ostéo-articulaire et des modifications tissulaires (hypertonies, modifications de visco-élasticité).


Le traitement repose sur des mobilisations douces et indolores. Votre ostéopathe reste à votre écoute tout le long du traitement et s'adapte à vos besoins.


Votre ostéopathe a également un rôle de conseil, il pourra vous donner des astuces pour gérer tous les autres symptômes : diarrhée, constipation, fatigue, troubles urinaires, etc.


NB : durant la séance vous pouvez être en sous-vêtements ou rester habillé avec un legging souple au niveau de la taille et un T-shirt ample.


Quand consulter un ostéopathe spécialisé dans l'endométriose ?


Vous pouvez consulter un ostéopathe à tout moment.

  • Avant une prise en charge médicale.

  • Après avoir fait vos examens et commencé un traitement médicamenteux.

  • En pré-opératoire, notamment dans les cas de douleurs pelviennes ou abdominales élevées, afin d’améliorer l’état tissulaire local, ce qui permettra de réduire les douleurs post-chirurgicales.

  • En post-chirurgical : 3 mois après la chirurgie, une prise en charge sera indiquée pour assouplir les cicatrices, restaurer l’état de tension myofascial viscéral, pelvi périnéale et les mobilités articulaires.

  • Avant une grossesse ou pendant un parcours de PMA.


  • La médecine chinoise et/ou acupuncture :

Ces thérapies sont complémentaires du travail ostéopathique. L’acupuncteur va utiliser d’autres éléments afin de ré-harmoniser l’ensemble de votre organisme.

N'hésitez pas à utiliser le bouche à oreille pour trouver un praticien qui vous convienne.


  • L’homéopathie :

Les médecins homéopathes utilises différents remèdes homéopathiques selon le types de douleurs, leurs fréquences, leurs causes, etc. Les plus connue sont Chamomilla, Colocynthis et Actea racemosa. Le mieux est consulter un praticien formé à l’homéopathie.



Toutes ces astuces peuvent être bénéfiques aux femmes souffrant de règles douloureuses, même si elles ne présentes pas d’endométriose.



Ces conseils et exercices sont donnés à titre d’information

et ne remplacent en aucun cas une consultation auprès d’un médecin.





Inès CHARDIN

Ostéopathe spécialisée en ostéopathie gynécologique

91, 77