• Inès et Dimitri Chardin - Ostéopathe Essonne 91

Syndrome de KISS : Mythe ou réalité ?



Ces dernières années, nous entendons de plus en plus parler du syndrome de KISS. Les parents qui emmènent leurs bébés en consultation, nous demandent régulièrement notre avis sur ce fameux syndrome.


C’est un sujet qui fait polémique et qui ne semble pas reconnu scientifiquement par la communauté médicale et paramédicale pédiatrique.


Cet article est le fruit de notre expérience personnelle en cabinet ainsi que de nos formations en ostéopathie périnatale. L’objectif de cet article est de vous apporter des éléments pour vous construire votre propre avis sur le sujet.



Qu’est-ce que le syndrome de KISS ?


Ce syndrome de KISS, inventé par le Dr Biedermann, correspond à un regroupement de nombreux symptômes cliniques (posture en « virgule », tête projetée en arrière, pleurs, sommeil difficile, agitation, etc). Ces troubles s’expliqueraient par une subluxation de certaines vertèbres cervicales.

Ce syndrome pourrait être résolu par une manipulation (de type craquement) des cervicales par des chiropracteurs spécialisés. Cette manipulation serait effectuée après avoir passé une radiologie de la colonne cervicale du bébé.



Quels sont les signes cliniques du syndrome de KISS ?


  • Posture en C

  • Hyper-extension (se tord en arrière)

  • Pleurs incessants

  • Sommeil anarchique

  • Troubles digestifs

  • RGO, reflux interne et externe

  • Troubles de la succion

  • Hoquet

  • Constipation, coliques

  • Plagiocéphalie ou brachycéphalie

  • Diarrhée, ballonnements

  • Portage en écharpe difficile

  • Prise de poids faible



Le syndrome de KISS, un faux syndrome ?



Ce syndrome est de plus en plus connu par les professionnels de santé,

chacun à son avis sur son existence ou non.




Il ne s’agit pas ici de vous dire s’il existe ou non mais de vous apporter des connaissances afin de vous faire votre avis !





Le terme syndrome ne correspond pas à une « maladie » mais à une réunion de symptômes dont la cause n’est pas objectivable par des examens médicaux.


La moitié des bébés que nous traitons au cabinet pourraient être catégorisés comme présentant un « syndrome de KISS ». Ce syndrome réunit énormément de symptômes qu’on retrouve chez la plupart des nourrissons de moins de 3 ou 4 mois.

Malgré tout, ces bébés ont-ils une sub-luxation des vertèbres cervicales ?

Une « vraie » sub-luxation correspond au déplacement d’une vertèbre par rapport à l’autre, elle ne peut être objectivée que par un scanner bien spécifique.


Selon la SEROPP, ce syndrome n’est pas reconnu par la plupart des autorités de santé. Ils alertent sur les risques encourus lors de l’utilisation de manipulations de type thrust ou craquement chez les bébés. Ce type de manipulation ne paraît pas respectueux de l’anatomie des cervicales d’un tout petit (qui est en cours de développement), ces techniques sont interdites par l’arrêté du 12.12.14.



Ce que nous expliquons souvent, aux parents qui nous consultent, est que l’enfant entre ou non dans la catégorie « syndrome de KISS » n’est pas le plus important.


L’essentiel est de prendre en charge et de traiter les différents blocages expliquant les symptômes. La détresse et les nombreux « troubles » sont réels et doivent être pris au sérieux, mais il faut également rassurer les parents car le terme « syndrome » est anxiogène et colle une étiquette à l’enfant.


Nous avons l’intime conviction que ces nourrissons n’ont pas besoin d’une manipulation forcée et brusque pour être soulagés. Chez la grande majorité des bébés, nous arrivons, par des mobilisations douces et respectueuses de leur physiologie, à enlever les blocages et symptômes qui peuvent en découler.





Lorsque les symptômes persistent, il faut rechercher des facteurs associés (intolérance aux protéines de lait de vaches, pathologies médicales, etc). Votre ostéopathe est également formé à repérer les freins de langue, joues, ou lèvre qui sont restrictifs et peuvent expliquer bon nombre des problèmes présents dans un KISS.




Dans ces cas, nous travaillons en complémentarité avec le médecin/pédiatre qui suit l’enfant et nous orientons vers d’autres praticiens lorsque c’est nécessaire (kinésithérapeute, conseillère en lactation, orthophoniste, ergothérapeute, etc).



Quels sont les origines des symptômes, s’il n’y a pas de syndrome de KISS ?


Ces symptômes sont dans la très grande majorité des cas expliqués par des déséquilibres et tensions dans l’ensemble du corps de votre bébé.


Pendant la grossesse, même si votre enfant bouge, il garde majoritairement la même position.

Cette posture ainsi que parfois le manque de place peuvent être à l’origine de tensions présentes à la naissance. Lorsqu’il y a des contractions (même non douloureuses) tout au long de la grossesse, cela peut venir amplifier les blocages.






De nos jours, les accouchements sont très médicalisés (déclenchement, césarienne, péridurale, forceps, ventouses, cuillères, épisiotomie, poussée abdominale).

Ce type d’accouchement peut être à l’origine de nombreuses tensions chez votre bébé (au niveau du cou, tête, épaules, bassin, etc).




Qui consulter et comment savoir si votre nourrisson à un syndrome de KISS ?


Les bébés chez qui on soupçonne un syndrome de KISS peuvent être reçus par un ostéopathe ayant suivi un cursus spécifique en ostéopathie pédiatrique. Pensez donc à vérifier les formations de votre ostéopathe et usez du bouche à oreille, qui est souvent d’une grande aide !


Votre ostéopathe procèdera à un bilan et un traitement de l’ensemble des blocages et/ou tensions pouvant expliquer les symptômes. Il est extrêmement rare qu’un seul blocage puisse être à l’origine d’autant de problèmes. C’est l’association de déséquilibres et tensions qui expliquent la multitude de symptômes décriés dans le syndrome de KISS.


L’ostéopathie chez le bébé et nourrisson est vraiment très douce. Votre ostéopathe a effectué des formations spécifiques en ostéopathie pédiatrique qui lui permet d’utiliser des techniques spécifiques et adaptées.

Si vous le souhaitez, votre ostéopathe peut vous faire ressentir les mobilisations qu’il utilisera chez votre bébé.



Et les bébés dit « BABI »

(bébés aux besoins intenses) ?


Ce sont des bébés qui demandent les bras constamment, pleurs beaucoup, demandent le sein ou le biberon sans arrêt, dorment peu, etc. Les symptômes se rapprochent grandement de ceux présent dans le syndrome de KISS !

Il peut être très difficile pour les parents de tenir moralement. Dans ces situations, pensez à consulter un ostéopathe pédiatrique, dans la majeur partie des cas, les séances apportent un grand apaisement à ces bébés !




Les astuces pour parents de bébés

dits « BABI » ou présentant un syndrome de KISS :


Pour ses préserver un maximum et éviter le burn-out parental, voici quelques idées qui pourraient vous aider :



  • Le sommeil :

Dormir est essentiel ! Saisissez toutes les occasions pour dormir (même 15/20 minutes). Vous pouvez également gagner de précieuses minutes de sommeil en pratiquant le cododo.






  • Le portage :

Il existe une multitude de moyens de portage :


Porter son nourrisson en écharpe permet souvent de l’apaiser et de vous libérer les mains pour faire d’autres choses.


  • Les bruits blancs :

Sèche-cheveux, aspirateur, playlist youtube, ou peluches spéciales. Les bruits blancs rappellent les sons qu’entendait votre bébé dans votre ventre, cela le rassure et l’apaise.


  • Entourez-vous :

Osez demander de l’aide à vos proches ! Il existe également des groupes de soutiens au sein des PMI ou des LAEP (Lieu d'accueil enfant parent). N’hésitez pas à vous renseigner sur internet ou auprès des professionnels de santé.


  • Le bercement :

Votre ballon de grossesse peut être un merveilleux outils pour vous permettre d’être assise et de bercer votre enfant en même temps.



  • Le peau à peau :

Ce temps de chaleur et douceur permet bien souvent d’apaiser autant les parents que leur nourrisson !




  • Le bain enveloppé :

Au début les nourrissons n’aiment pas être nus. Il existe des techniques pour envelopper bébé d’un lange, afin de le rassurer, lorsque vous lui donnez le bain. Apaisement et bon moment garantis !


  • Parlez en aux professionnels de santé :

Sage-femme, ostéopathe, kinésithérapeute, etc. Nous sommes là pour vous écouter et vous soutenir, ne l'oubliez pas !




Ne culpabilisez pas !

Etre parent d’un bébé avec un grand besoin d’attention peut être très difficile psychiquement. Vous êtes les meilleurs parents pour votre bébé et vous seuls connaissez assez votre bébé pour savoir ce qui lui convient.



Attention ! Avant de poser un diagnostic de syndrome de KISS ou de BABI, il convient d’écarter toutes les causes médicales possibles : RGO, coliques, constipation, allergies, etc.





Inès CHARDIN

Ostéopathe pour bébé, nouveau-né

Saint pierre du perray

91, 77