• Inès et Dimitri Chardin - Ostéopathe Essonne 91

Comment bien accompagner son enfant dans son développement moteur ?

De plus en plus de parents se questionnent sur la motricité libre, comment laisser mon enfant découvrir son environnement en toute sécurité ? Quel matériel de puériculture est plus adapté ? Comment faire si mon enfant a des difficulté ?


Michèle Forestier est une des pionnière du concept de motricité libre et elle a grandement inspiré cet article.


La motricité libre ce n'est pas laisser son bébé faire n’importe quoi, n’importe comment ! La règle primordiale est de définir un environnement sécurisé.





Comment débuter la motricité libre avec son nourrisson ?


Durant les premiers mois, un nourrisson a besoin de contact avec ses parents (portage, câlins, mots doux, etc). Ce contact et ces dialogues le rassurent, et lui permettront plus tard, de mieux se détacher et de pouvoir découvrir son environnement.


Pour instaurer la motricité libre dans votre quotidien et ce, dès la naissance, vous pouvez trouver un équilibre entre : vos bras, l’écharpe de portage, transat physiologique (à très petite dose, 15 min/jour), à plat dos sur un tapis de jeu (sans arche d’éveil), à plat ventre sur le tapis de jeu. Plus vous variez ses possibilités de mouvements, plus il sera intéressé à découvrir son corps et son environnement.





Comment porter, au mieux, son bébé ?

Le premiers mois, voir la première année, ne portez pas votre enfant en l'attrapant sous les bras. Un tout-petit n'a pas la tonicité nécessaire au niveau des épaules pour qu'on le maintienne par les bras.

Mettez une main sous tête puis l'autre sous son bassin en l'enroulant.

Une fois qu'il est dans vos bras, maintenez bien son bassin et faites en sorte qu’il est le dos bien arrondis.









Les bonnes astuces pour le change :

Pour la couche, évitez de soulever son bassin en tenant les deux pieds dans vos mains, basculez son bassin d’un côté puis de l’autre pour mettre la couche dessous.


Les massages :

Masser son enfant est un fabuleux atout tant pour son développement moteur que pour son bien-être. Ressentir le contact de vos mains lui permet de découvrir son corps, n'hésitez pas à nommer chaque partie en même que vous les massez. Certains bébés n'aiment pas être massé au début, si c'est le cas allez y progressivement : commencé un jour par les pieds puis les jambes et ainsi de suite.




Quel environnement et quels accessoires favorisent la motricité libre de bébé ?



Aménagez un environnement favorable :

  • Pensez liberté de mouvement mais aussi SECURITE ! Aménagez les pièces de façon sécuritaire : protégez les angles, les prises électriques, rangez les produits dangereux, petits objets, etc. Vous serez ainsi plus détendu et votre enfant pourra déambuler à sa guise.

  • L'environnement de votre enfant doit être simple et épuré : S’il y a trop de stimulations, il sera plus difficile, pour lui, de se focaliser sur un seul objectif. Par exemple : s'il y a trop de jouets sur son tapis de jeux, il risque d’être gêné dans ses mouvements. Deux ou trois jouets suffisent et vous pouvez les changer régulièrement pour qu’il les redécouvre.


Le mobilier et les accessoires :

  • Tapis de jeux/sol : Il doit être ferme mais confortable (s’il est trop mou, votre bébé aura plus de difficulté à se mouvoir). Pensez à prendre une taille suffisamment grande pour qu’il puisse vous servir plusieurs mois ! Evitez les tapis d’éveil avec des arches au-dessus ou des boudins sur le côté (ces accessoires bloquent la motricité de votre bambin et favorisent l’apparition d'aplatissement de la tête).



  • Transat : Il doit être réservé aux moments de digestion et proposé seulement sur de courts instants. Un usage trop important augmente les risques d'aplatissement de la tête de votre bébé (brachycéphalie ou plagiocéphalie) et bloque les possibilités motrices de votre bébé : votre enfant ne pourra pas tourner sa tête correctement des deux côtés, ni essayer de se retourner. Son champs visuel est limité à ce qu'il se passe devant lui, il ne pourra pas bouger et découvrir son environnement dans sa globalité. Il ne peut pas récupérer ou chercher un objet lorsqu’il le fait tomber. Pour des courts moments, un des transats qui nous semblent être le plus adapté est celui de chez Babybjörn (Bliss).

  • Siège auto : Le cosy et/ou nacelle doivent être utilisés de manière ponctuelle lors des trajets en voiture. Vous trouverez toutes les informations nécessaire sur le site : Sécurange.fr.

  • Un petit banc peut être un merveilleux accessoire : Haut et large de 18 cm son utilisation peut être très variée : table de jeux, prise d’appuis, s’assoir dessus, l’enjamber, etc.

  • Chariot de marche : Il doit être stable, pas trop léger et facile à diriger.

  • Porteur : Ne pas confondre avec le youpala ! Ce petit camion, est un merveilleux jouet qui pourra aider votre enfant à découvrir toute la puissance de sa motricité. Evitez de l’utiliser pour la balade si votre enfant ne sait pas avancer seul avec. Il faut également retirer les barrières ou tout autre accessoire qui empêche une utilisation libre.


Les vêtements et les chaussures :

Votre bébé a besoin d’être à l’aise pour bouger, préférez les tenues souples et adaptées aux étapes motrices de votre enfant. S’il rampe, privilégiez les vêtements ou ses bras sont nus, il accrochera mieux au sol. Evitez aussi les robes longues lorsque que bébé commence à ramper ou faire du quatre pattes.

En ce qui concerne les chaussures, vous entendrez tout et son contraire, sur quelles chaussures sont les plus adaptées ! On vous en parle dans cet article :


Le bain libre :

Lors des premières semaines, il n’est pas nécessaire de lui donner un bain tous les jours. Il est fréquent que les nourrissons pleurs lors des premiers bains, pour le rassurer vous pouvez l'envelopper d'un lange et bien le maintenir avec votre bras.


Progressivement, il sera plus à l’aise et vous pourrez le laisser sur le dos avec peu d’eau (ne pas dépasser les oreilles), toujours sous surveillance ! Prudence avec le bain libre !


Les repas :

  • Allaitement : Vous trouverez dans cet article toutes les informations pour bien positionner votre bébé au sein.

  • Biberon : Les premiers mois, veillez à ce que son dos soit « enroulé » et les mains sur ou vers le biberon, cette position favorisera une bonne digestion.

  • Diversification alimentaire : Tant qu’il ne tient pas bien son dos, vous pouvez le mettre dans un transat adapté ou une chaise haute inclinée. Une fois qu’il tiendra bien son dos, vous pourrez l’installer dans une chaise haute avec un repose pieds.




Comment bien accompagner son enfant dans son développement moteur ?



Plusieurs règles vous aideront à mettre en place les fondements de la motricité libre.


1) Interagissez avec votre bébé :

Peu importe l'endroit ou la posture dans laquelle se trouve votre enfant, plus vous dialoguez avec lui, plus il se sentira en sécurité pour explorer son environnement.

La motricité libre ne signifie pas poser son bébé sur un tapis de jeux et le laisser seul. Bien évidemment, il est important que votre enfant ait des moments "seul" pour apprendre et découvrir, il faut trouver le juste équilibre qui vous correspondra à tous les deux.

Vous pouvez, par exemple, vous allongez à côté de lui, lui parler, lui montrer des jouets ou des livres. Les aînés ou cousins peuvent être également d'une grande aide ! Lorsque votre enfant manifeste l'envie de se retourner ou de faire du quatre pattes, les plus grands peuvent lui montrer en le faisant eux même.


2) Observez votre enfant :

Regardez votre bébé, si vous le voyez faire un mouvement toujours du même côté (retournement, monter une marche, etc) accompagnez le pour qu’il puisse le réaliser de l’autre côté. Si malgré votre aide, il n’y arrive pas, demandez l’avis de votre pédiatre ou ostéopathe. Lorsque vous souhaitez l'aider, faites le toujours par le jeu et avec douceur. Si vous ne savez pas comment faire, demandez conseil aux professionnels de santé qui vous suivent.


3) Verbalisez :

Lorsque vous intervenez pour l’aider, verbalisez vos actions « je t’aide en amenant ta jambe dans ce sens, progressivement, tu vas apprendre et tu sera plus à l’aise ».


4) Donnez lui de l’espace :

Si votre bébé est dans un espace suffisamment dégagé, il pourra plus facilement tester et s’orienter seul. Au contraire, dans un parc, à barreau par exemple, il développera d’autres stratégies comme tirer dessus et essayer de se mettre debout. Certains bébés ne passeront pas par le quatre pattes et se mettront directement debout surement à cause de l'utilisation du parc avec excès.


5) Comment intervenir ?

Dès la naissance, on peut mettre son bébé sur le ventre mais il existe des étapes pour l'amener progressivement à apprécier cette posture. Lors d’une consultation d’ostéopathie, je montre souvent aux parents comment initier le mouvements du retournement dos, ventre. En lui montrant comment débuter le mouvement, bébé terminera seul et il inscrira le « bon » mécanisme dans son cerveau, il pourra ensuite le reproduire plus facilement.


Lorsque vous intervenez, si bébé résiste, pleure ou cris, stop ! Cherchez ce qui le gène et si vous ne trouvez pas consulter votre ostéopathe, kinésithérapeute, sage-femme et/ou pédiatre.



6) Utilisez des jouets :

La variété de jouets est un excellent outil pour encourager votre enfant à bouger et découvrir. Tant qu’il ne déplace pas seul, faites en sorte que les jouets soient à sa portée. Attention, trop de jouets n’est forcément bon, 2 ou 3 jouets suffisent, pensez juste à les changer régulièrement.




Que faut il éviter lors de la mise en place de la

motricité libre ?



Il ne s’agit pas de vous faire la « morale » sur ce qui est bien ou moins bien ! L’intérêt est seulement de vous apporter les informations pour que vous fassiez ensuite vos choix. Vous êtes les parents et seul votre avis et votre instinct comptent dans ce type de décision.


  • Les transats, cosy, hamac sont à limiter (15 min/jour maximum). Votre bébé, dans ce type de dispositif n'est pas libre de ses mouvements, de plus ils ont tendances à favoriser l'apparition d'aplatissement de la tête.

  • Même s'il semble content, évitez de mettre votre bébé en appuis sur ses jambes. Ce type de posture va lui donner envie de sautiller, le bas de son corps n'est pas encore apte à effectuer ces mouvements.

  • Evitez de soutenir votre enfant par les mains pour le faire marcher. Lorsque votre bébé sera prêt, il trouvera des objets pour s'aider.

  • Les aides à la position debout sont à bannir ou limiter dans le temps : Sauteur, youpala, trotteur, etc. Certains bébés trouvent cela très amusant, mais son utilisation peut avoir des conséquences sur l’installation des étapes motrices. Lorsque votre enfant « marche » en utilisant un youpala, il n’apprend pas à trouver son équilibre, il peut également engendrer un excès de tonicité et des tensions au niveau de son dos (bébé va se tendre vers l’arrière, par exemple). Un bébé au sol va utiliser ses bras et ses jambes pour se déplacer, un bébé dans un trotteur n’utilisera que ses jambes. Il ne pourra pas correctement faire le lien entre le bas et le haut de son corps.

  • Les portiques ou arches d’éveil sont à éviter. Ils rétrécissent l’espace autour de bébé et de ce fait, l’incite à regarder essentiellement en l’air (favorisant les risques d’aplatissement de la tête).

  • La posture assise ne doit pas être « imposée » : tant que votre enfant ne tient pas son dos droit seul, c’est qu’il n’est pas prêt à être assis. Evitez donc de l’assoir en le calant avec des coussins.



Les idées reçues sur la motricité libre :



L’envie est le principale moteur, un enfant qui a envie essaiera jusqu'à réussir ! Chaque enfant se développe différemment et à son rythme. Lorsque certains évoluent dans leur motricité, d’autres sortent leurs dents ou développent leur langage, etc. Votre bébé ne peut pas tout faire en même temps !

  • Un enfant n’est jamais fainéant !

  • Mon enfant ne marche pas à 1 an ? Il existe de nombreuses étapes importantes avant la marche. Il est essentiel que votre enfant passe par toutes les étapes motrices et qu’il soit suffisamment à l’aise pour franchir la suivante.

  • Lui mettre des chaussures pour l’aider à marcher ? Surtout pas ! pour trouver son équilibre et avoir toutes les informations nécessaires le pieds et la cheville doivent être libres !





Si vous remarquez que votre bébé n’est pas à l’aise avec une de ses jambes ou un bras, qu’il est tendu, qu’il a la tête un peu déformé, se déplace sur les fesses, etc, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé. Plus on s’occupe rapidement de ces petits soucis, plus tôt ils seront réglés et votre enfant bénéficiera de sa motricité en toute liberté.






Inès CHARDIN

Ostéopathe pour bébé, nourrisson

Proche de St germain les corbeil